samedi 15 avril 2017

Behind the words : le nouvel album des Coldstone !

J’avais découvert Coldstone il y a plusieurs années lors de la fête de la musique à Strasbourg. Et depuis mon cœur bat avec passion pour ce groupe de power rock sexy et couillu.
A l’occasion de la sortie de leur deuxième album, Behind the words, disponible le 21 avril sur toutes les plateformes de streaming, j’ai eu l’immense honneur d’interviewer Philippe, leur bassiste.
Mode groupie enclenché, lançage de soutif et culotte mouillée !


Illustration : Rock Your Image (Paris)

Behind the words est un album surpuissant, un diamant incisif qui te prend aux tripes dès les premières notes. Des riffs ravageurs, des solos destructeurs et une voix rauque si séduisante qui t'accroche et t'embarque dans la chaleur tonitruante d'un concert endiablé. Dix chansons pour un orgasme musical brut et fougueux, un rock sauvage et pourtant si maîtrisé, une harmonie de sueurs et d'amour. C'est viril, poignant, un déchaînement délicieusement décadent. 
Coldstone frappe un grand coup avec ce nouvel album, qui se classe parmi mes préférés de l'année. Je sens d'ores-et-déjà que je ne saurais plus m'en passer ...


Un deuxième album explosif


Coldstone a été créé en 2005 par Cyrille. Philippe a rejoint l’aventure en 2008 à la demande du chanteur, qui n’est autre que son frère.
 « Mon frangin cherchait un bassiste pour le groupe alors j’ai accepté de les rejoindre ! A l’époque j’étais guitariste dans un groupe de punk hardcore, c’était légèrement différent ! » Plaisante-t-il.
A leur actif, Coldstone a déjà un album et deux clips. Ils feront bientôt une nouvelle vidéo avec des images de leur tournée en Chine avant de sortir un autre clip qui illustrera une des chansons tirées de leur nouvel album, Behind the words.
« Je te l’accorde, Behind the words sonne encore pas mal Metallica ! Cependant ce nouvel album reflète beaucoup plus les différentes influences du groupe. Si pour ma part je suis très branché stoner et punk hardcore, Marc le batteur est un grand fan de Gojira. Cyrille ne jure quant à lui que par Metallica et Alter Bridge. » 
« Pour le premier album, c’était Cyrille qui avait créé toutes les compos. Cette fois-ci, c’était soit moi soit mon frère qui venions avec des riffs après quoi on composait ensemble, chacun amenant sa propre touche. »   
« Je pense que c’est pour ça que cet album est plus rentre-dedans que le premier ! D’ailleurs, je crois que j’ai tendance à trop m’emporter, mon frangin est souvent obligé de me freiner ! »           

Une motivation sans borne et … des histoires de cul !


« On a mis le paquet sur l’album, on a vraiment tout donné ! Je ne vois pas comment on aurait pu faire plus. On y a mis toutes nos tripes et je pense que ça se ressent pleinement. »
Et je te le confirme, Behind the words, c’est de la dynamite ! Avec un son parfait. Il faut dire que les Coldstone ont su bien s’entourer :
« Notre nouvel album a été enregistré comme le premier par Jonathan Allard, dans un studio à Ittenheim, Kid Studio. Ce mec est au top, c’est vraiment cool de bosser avec lui. » 
« Pour ce qui est du mastering, on a cette fois-ci fait appel à un pro de Stockholm, Magnus Lindberg. Il est connu pour avoir bossé avec des groupes comme Mass Hysteria ou No One. Et tu comprends tout de suite que le mec gère ! Il a immédiatement cerné notre style et ce qu’on attendait de lui. Le travail est franchement nickel, on est très heureux du résultat. »


Cet album est également le résultat de la très belle amitié qui unit ces trois hommes et de leur passion dévorante pour la musique :
« On a la même motivation Marc, Cyrille et moi, c’est pour ça qu’on tient depuis aussi longtemps. » 
« D’ailleurs, aussi loin que je m’en rappelle, mon frère et moi avons toujours été à fond dans la musique. On a pas mal de musiciens dans la famille mais je ne saurais te dire si c’est vraiment cela qui nous a influencé ou non. Quoi qu’il en soit, à l’adolescence, on s’est acheté des guitares et on a appris à jouer en autodidacte. Dès qu’on sortait des cours, dès qu’on avait des vacances, on jouait. On ne faisait que ça. La musique, c’était notre vie. On a fait notre premier concert au collège. Et depuis, on ne s’est jamais arrêté ! »
En amoureuse des mots, je ne peux m’empêcher d’interroger Philippe sur les paroles de leurs chansons :
« On écrit toujours les paroles à la fin. Et, pour résumer, ce sont des histoires de cul en fait ! C’est mon frère qui les écrit et lui, c’est un vrai lover ! Il a toujours eu ce côté séducteur, ça se ressent pleinement dans ses textes. Et c’est notre pote Dusty D. qui vient de Miami qui l’aide à transformer les paroles en ricain. Il faut dire que Cyrille parlait très mal anglais avant. Mais depuis la tournée en Chine il s’est nettement amélioré ! »

La tournée en Chine de Coldstone


Venons-en justement à cette tournée dans l’Empire du milieu. Après avoir enchaîné plusieurs grosses dates, comme leur participation au Rock’n’Roll Train Festival aux côtés de No One Is Innocent ou de Bio Hazard, ils ont été contacté par un expatrié français qui vit en Chine, Michel Skullprod.  Celui-ci les a invité à venir jouer dans son pays pour trois semaines.
 « Pour être honnête, je dois dire que je n’y croyais pas ! C’était tellement énorme ! Il a fallu attendre que notre avion atterrisse à Shanghai pour que je réalise vraiment ce qui nous arrivait. » 
« En plus du dépaysement, de l’occasion de voyager, c’était une expérience musicale phénoménale ! Les salles de concert étaient vraiment géniales ! Je peux t’assurer qu’ils n’ont rien à nous envier ! C’était ultra-moderne, dans des immeubles gigantesques aux halls d’entrée luxueux. On a vraiment été super bien accueilli. » 
« On a été interviewé par beaucoup de journalistes et de radios locales. C’était assez fun d’ailleurs ! Quand j’en avais marre de répondre, je baragouinais des citations de Lemmy, ça nous faisait bien marrer ! »

Les Coldstone ont d’ailleurs eu droit à un public enthousiaste et toujours plus nombreux !
« Beaucoup de Chinois sont très branché rock-métal. Ça aide. Et ils étaient enchantés de voir un groupe français ! Ils étaient super chauds, tout le temps au taquet ! Et d’une telle hospitalité ! Beaucoup de spectateurs nous invitaient chez eux à la fin des concerts pour faire des after de folies ! »
« Une fois, on s’est retrouvé perdus au milieu de nulle part, chez un vieux qui jouait du djembé la clope au bec, on l’a rejoint à la guitare sèche … C’était tellement original, le genre de trucs que tu ne risques pas d’oublier ! C’était bien cool de vivre ça. » 
« On pense y retourner d’ailleurs car il se trouve que mon frère, Cyrille, vient juste de m’annoncer qu’il allait se marier avec notre tourneuse en Chine. Alors oui, on peut dire que cette tournée a eu un gros impact sur Coldstone ! »

Si les Coldstone iront très certainement se produire à nouveau en Chine, ils comptent également enchaîner les concerts en France et dans les pays limitrophes afin que Behind the words puissent tous nous faire vibrer !
Vous pourrez les retrouver très prochainement lors de leur release party et notez également la date du 27 mai :
« On jouera au Kustom Day, en Moselle. Ce sera notre petit retour au pays natal ! »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire