mercredi 19 février 2014

J'ai rencontré Coco Das Vegas !

Sous la chaleur torride des projecteurs, les étincelles des paillettes éclatent sur la scène comme autant de milliers de tous petits diamants. Les boas érotisés semblent danser, s'entortiller, toutes les plumes entrent en transe, elles prennent vie, affolées par tant de sensualité. La lumière est tamisée pour l'intimité d'un public absolument séduit. Les corsets se délassent, les gants glissent si doucement, les jupes s'agitent en rythme et les nippies semblent éclater de rire. Hanches balancées, fesses secouées, poitrine dénudée sont au menu du plus sexy, élégant mais aussi amusant des festins. 
Soyez les bienvenus, mesdames et messieurs, dans l'univers de Coco Das Vegas, effeuilleuse burlesque et meneuse de revue chez les Pin-Up d'Alsace. Cette sublime strasbourgeoise nous accueille dans son monde si amoureusement vintage. Un pur moment de plaisir ...



Coco Das Vegas au Franky's
Photo : David Soyer
Coco Das Vegas a le rétro qui lui colle à la peau. Toute son apparence est parfaitement travaillée pour un rendu délicieusement vintage, aussi gracieux que sexy, tout simplement envoûtant. Rien n'est laissé au hasard, ni la robe bleu à nœud ni les accessoires : boucles d'oreilles cerises, collier hirondelle, chaussures à talon ... Elle a tout d'une vraie pin-up. 
Elle porte énormément d'attention à son look qu'elle veut toujours classe et élégant. Elle explique, en dévisageant certains passants : ""Regarde comme ils sont tous sapés ! C'est moche ! Aujourd'hui les gens ne font plus d'efforts ! Même quand ils sont invités à un mariage, ils viennent en jean et basket. Je comprends qu'on apprécie les habits confortables, mais tout de même ..." 
Photo : David Soyer
Il est vrai que toutes ces personnes partagent le même air banal, portent les mêmes couleurs, celles d'une mode actuelle qui dicte sournoisement ses règles. Quand je me retourne vers la pin-up alsacienne, après avoir fait ce constat, je réalise combien sa tenue mais aussi son visage sont éclatants. Elle offre à tous ceux qui ont la chance de la côtoyer une fraîcheur toute souriante et un raffinement de coquetterie tendrement exquis. Je me dis que j'ai bien de la chance de pouvoir me tenir ainsi, à ses côtés. A l'intérieur du Franky's, assise face à elle, je me sens transportée vers le passé. A travers la grande fenêtre, c'est la morosité du présent que nous contemplons. Un présent face auquel Coco Das Vegas s'est rebellé, une morosité face à laquelle elle a décidé de briller.
"Il existe plusieurs sortes de pin-up. Il y a les pin-up lolita, les pin-up rockabilly, ... Cependant nous avons toutes en commun d'être toujours bien maquillées et bien coiffées. Le rouge sur les ongles, les lèvres et les joues, c'est la base. Comme pour les chaussures à talon d'ailleurs. Quel dommage de voir des femmes porter des chaussures plates ! Il y a aussi les robes qui vont en-dessous du genou, qui marquent bien la finesse de la taille et qui mettent la poitrine en avant." Coco Das Vegas prévient, pas question d'être vulgaire : "Quand les nanas d'aujourd'hui mettent des robes ou des jupes, c'est tout de suite beaucoup trop court !"
Pour cette pin-up au sourire si naturellement charmeur, l'intérêt n'est pas de se démarquer par goût de l'originalité : "Je ne cherche vraiment pas à être différente. Au contraire, j'aimerais bien que toutes les nanas soient sapées comme moi !". Cette sublime demoiselle, aussi épatante par sa beauté que par la force de son caractère, ne vit que pour l'élégance. La classe et la grâce sont la quintessence de son être.
D'une très grande gentillesse, Coco Das Vegas explique que son amour pour le rétro remonte à loin : "J'ai toujours aimé les années 50 ! Mon icône depuis que je suis toute petite est Jackie Kennedy. A ma naissance, mes parents m'avaient donné un premier prénom, avant d'en changer finalement, celui d'Audrey, en référence à Audrey Hepburn. Et même ma grand-mère a toujours été très girly. Elle était toujours bien coiffée et ne sortait jamais sans son sac ni ses gants."
Coco Das Vegas aime tout dans le vintage : le design, les voitures mais aussi la musique. Les années cinquante, elle les a dans le sang, tout simplement. "Je m'aggrave de jour en jour dans ma pin-upittude. Ça a commencé par quelques robes, le maquillage, puis les coiffures. J'en suis venu à jeter mes autres habits. Maintenant, je fais même la manucure typique de l'époque. Je ne sais pas du tout quelle sera la prochaine étape ! Je vais peut-être me mettre à porter constamment des sous-vêtements rétro en soie et des gaines ..."
(Photographie by moi !)
Coco Das Vegas nous parle alors d'un art très vintage qu'elle affectionne tout particulièrement et qu'elle pratique divinement bien : l'effeuillage burlesque. Depuis le Paris des années 20, avec le Chat Noir, le Moulin Rouge ou les Folies Bergères, aux Etats-Unis des années 50, avec Bettie Page ou Lily St-Cyr, cet art a constamment évolué, passant d'un quasi strip-tease ayant pour but d'exciter la gente masculine à un divertissement tout public. Ce show complet mêlant lumière, musique et danse a failli disparaître suite à l'avènement du porno qui a envahit tous les esprits. Dès les années 80 pourtant, avec le retour du rock'n'roll, cet effeuillage au parfum rétro renaît et réussi à séduire de plus en plus de personnes. La froideur du porno omniprésent sur les écrans, présentant des corps nus et mouillés si facilement visibles, un acte de plaisir pur et simple dénué de toute magie, de tout mystère, n'aura pas réussi à enfouir sous terre la beauté de l'effeuillage vintage.
Notre pin-up préférée explique : "Il s'agit d'un strip-tease rétro effectué sur une musique rétro. Ce sont des
numéros à thème à travers lesquels on raconte une histoire. Il faut bien noter qu'on ne pratique pas les codes du strip-tease normal. Déjà, on porte des nippies. Et puis, par exemple, on ne se touche pas ou alors vite-fait et toujours avec humour."
Il existe un certain nombre d'accessoires phare : "La chaise ! Mais aussi les gants, le boa, les grands éventails à plume ..."
Photo : David Soyer
Le burlesque est une sublime adéquation entre des tenues très travaillées et des accessoires sexy. C'est un
art qui mêle un érotisme élégamment suggéré, une grâce chaudement sexy, et une mise en scène pleine d'un humour très glamour et piquant d'insolence. "C'est énormément de travail. On se montre les chorés l'une l'autre, on se corrige, etc."
Cette danseuse très perfectionniste, fille d'artistes, a toujours vécu dans le monde du spectacle et des strass. Elle explique : "J'aime avant tout le burlesque dansé, chorégraphié, à l'image du Crazy Horse. Je trouve plus agréable d'entrer dans une choré qui prenne la musique en compte. Je suis habituée à écouter la musique, à la prendre en considération. Cela vient de mon éducation de danseuse. Cela influe sur mon attitude, ma posture".
Elle confie : "C'est vraiment grisant d'avoir du public. C'est une telle montée d'adrénaline ! C'est comme de la drogue : sur le coup, t'as peur, t'as envie de vomir, mais dès que c'est fait, tu as juste envie de recommencer, de te faire un autre shoot. Tu ne peux plus t'en passer."
Elle pratique le strip burlesque depuis environ quatre ans. C'est à ce moment que le personnage de Coco Das Vegas est né : "Coco Das Vegas, bien sûr, c'est un personnage. En fait, c'est une extension de moi. C'est moi mais sans limite, sans borne, exacerbée à fond."
Coco Das Vegas, c'est la séduction portée à son paroxysme, la féminité libérée et enjouée, l'expression d'une élégance orgasmique et d'un glamour vintage fantasmagorique.
Fan de Bettie Page, Lady Flo, Loulou D'vil ou Lada Redstar, elle souligne l'importance du rire dans les shows burlesque : "Il ne faut pas se prendre au sérieux quand on fait de l'effeuillage. Quand on est nue sur scène, il faut dédramatiser grâce à l'humour. L'autodérision est primordiale pour nous".
L'humour est intrinsèque à l'effeuillage burlesque, comme son nom l'indique, il faut donc être capable de rire de soi et de faire rire les autres ... C'est d'ailleurs un élément phare expliquant tout le succès que rencontre cet art.
Photographie : David Soyer
D'autre part, on ne peut évoquer les pin-up ou le burlesque sans se focaliser sur la question du rapport au corps. Des jolies photographies de femmes qu'on accroche aux murs aux spectacles où on admire la belle plastique des demoiselles, la féminité est toujours mise à l'honneur. Coco Das Vegas explique : "les femmes sont certes très érotisées mais elles gardent tout de même un aspect intouchable, mystérieux. Elles ont une connotation très fantasmatique."
Le contraste entre la norme de beauté véhiculée par la société contemporaine et celle prônée par les pin-up est flagrant : d'un côté l'exigence d'une minceur extrême, de l'autre l'éclat de courbes voluptueuses. L'effeuilleuse burlesque explique : "Du 44 mis à l'honneur à l'époque, on est passé au 36 ! Chez les pin-up et, par extension, dans les shows burlesques, on ne trouve pas ça très beau, une nana toute fine. On préfère la générosité des formes. C'est d'ailleurs ce qui fait qu'on a un public très féminin. Ça plaît aux femmes qui peuvent se reconnaître en nous. Certaines ont la culotte de cheval, d'autres les seins qui pendent, d'autres le petit ventre dû à la grossesse et la cellulite qui va avec, pourtant, ce n'est pas grave, on s'en moque ! Ça montre à toutes les femmes qui rêveraient de faire comme nous, sans peut-être oser se l'avouer, que c'est possible."
Grâce à cet état d'esprit, tous les complexes féminins, ces tortures psychologiques incessantes, semblent s'évaporer. Les formes habituellement cachées sont mises à l'honneur et les défauts, loin d'être voilés, sont montrés avec beaucoup d'humour. 
"L'effeuillage burlesque, c'est une véritable thérapie" explique Coco Das Vegas qui recommande à toutes les demoiselles complexées de se lancer dans cet art. Elle-même l'avoue : "A l'époque, j'étais très complexée, ça m'a vraiment aidé à me désinhiber. Aujourd'hui encore, quand je dois me mettre en maillot de bain pour aller à la piscine, je déteste ça et pourtant, sur scène, c'est totalement différent."
Le burlesque est un formidable moyen de réconciliation avec son corps. On apprend à se regarder, à s'aimer, à apprécier le regard des autres porté sur soi. On redécouvre sa féminité et l'incroyable pouvoir de séduction qui lui est lié. Toutes les femmes peuvent se trouver belles, n'est-ce pas là le plus beau des trophées personnel ?
Photo : Moi !
D'ailleurs, quand on a eu l'occasion de papoter avec Coco Das Vegas, loin d'être assaille par un sentiment d'infériorité face à une telle beauté, on a plutôt envie de prendre enfin un peu de temps pour soi, en dépit des enfants, en dépit de sa carrière, ....
De pouvoir ébaucher un sourire satisfait devant son miroir, loin d'être une question superficielle, est une petite victoire sur le chemin de la confiance en soi. Qu'on laisse Photoshop dans un tiroir, et tous les magazines débordant de corps trop plats, le burlesque a le mérite de mettre toutes les femmes en avant.
L'alsacienne évoque aussi pour nous son actualité. En effet, cette pin-up sympathiquement sucrée va bientôt s'envoler pour Las Vegas où elle va concourir à "Miss Viva Las Vegas Competition". Pour pouvoir participer à cet éminent concours d'effeuillage burlesque qui se tient pendant le Rockabilly Festival, Coco Das Vegas a été sélectionnée par des milliers d'internautes : "il y a eu une énorme mobilisation française qui m'a fait halluciner ! Je n'y crois toujours pas, je ne peux m'empêcher de me demander : pourquoi moi ?"
Les Etats-Unis, ça la connaît, elle s'est d'ailleurs déjà produite à Chicago. Pour ce qui est de Las Vegas, évidemment, c'est un rêve pour elle : "Vegas, c'est Disneyland pour adulte ! C'est juste incroyable, tout y est tellement beau ! Et tellement démesuré ...Tu peux y faire tout ce que tu veux ! Le fameux adage "Tout ce qui arrive à Vegas reste à Vegas" est bien vrai."
Elle ajoute : "Je travaille énormément sur le spectacle que je vais présenter à Vegas. Les shows américains sont très différents de ceux français. Les américaines, dès qu'elles arrivent sur scène, balancent toute la poudre tout de suite, elles remuent beaucoup leurs fesses, etc. Les françaises, au contraire, sont plus langoureuses, elles prennent leur temps, et elles aiment raconter des histoires à travers leur spectacle. C'est vraiment très différent. Je suis obligée de m'adapter."
Coco Das Vegas est en elle-même un splendide hommage rendu aux femmes. La beauté, l'élégance et l'humour l'habillent, le vintage la parfume, la féminité la fait rayonner. Elle est tout simplement époustouflante.



Page facebook de Coco Das Vegas

https://www.facebook.com/CocoDasVegas?fref=ts



Le site de Coco Das Vegas :

http://www.cocodasvegas.com/cocodasvegas.com/Bienvenue.html






1 commentaire:

  1. I have just installed iStripper, so I can have the sexiest virtual strippers on my desktop.

    RépondreSupprimer