jeudi 29 décembre 2016

J'ai rencontré Mélanie de DermaMorphose ... Et je lui ai demandé de me tatouer !

C’est par les heureux hasards des réseaux sociaux que je suis tombée sur un tatouage réalisé par Mélanie de DermaMorphose. Le style m’a tout de suite bien plu, alors je suis allée jeter un coup d’œil sur sa page. Je suis tombée sous le charme. Du black work et du dot work impressionnants, des animaux réalistes ou plus géométriques, des visages mystérieux, des papillons colorés, …


Alors, quand la petite demoiselle pleine de talent m’a demandé si je pouvais un peu parler d’elle sur mon blog, j’ai tout de suite accepté, et je me suis en plus empressée de lui demander un tattoo, ou plutôt deux !
Rencontre avec une superbe artiste …




Douceur et précision


DermaMorphose m’a accueilli dans son salon de tatouage, à Strasbourg. Un endroit cosy, qui sent encore bien le neuf, puisque Mélanie n’a ouvert qu’en septembre 2016.
Elle m’a montré les dessins qu’elle m’avait déjà proposé via Facebook. En gros, je lui ai demandé un soleil et une lune façon ouija, avec du blackwork et du dotwork, avec son style à elle quoi. Pari réussi dès le premier dessin qu’elle m’a proposé. J’étais enchantée ! Une réalisation personnelle, féminine, tout en mystère et en douceur.

Arrivée chez elle, elle m’a fait signé une petite fiche de renseignements, et on est passé par les différentes étapes habituelles que tu connais bien : validation du dessin, nettoyage de la peau, on pose le calque, on attend qu’il sèche, on ouvre une aiguille neuve à usage unique, et on se met au boulot !
Mélanie travaille avec une grande précision, et beaucoup de douceur. Traçage de la lune, puis petits pointillés et petits traits pour compléter le tatouage. Pendant ce temps on papotait de tout et de rien, je me sentais super bien.
Très vite, on a enchaîné avec le soleil. Bon là, la pauvre a eu un peu plus de mal parce que ma peau refusait catégoriquement de se laisser faire et de prendre gentiment l’encre. Mais la sémillante Mélanie ne s’est pas découragée et elle a réussi à finir le tatouage sans plus d’encombres.
Pointilleuse, elle est revenue à plusieurs reprises sur les moindres détails, jusqu’à s’assurer que tout était parfait.
Tatoueuse encore débutante, elle se considère encore comme un « petit bébé dans le tatouage », Mélanie a pourtant déjà tout d’une grande. Un contact plus qu’agréable avec le client, des réponses très rapides aux demandes, des dessins superbes, et des tatouages réalisés à la perfection.




Dessins et relations humaines


Ce qui m’a surtout plu avec elle, c’est que je me suis immédiatement sentie à l’aise. Grâce à sa sympathie naturelle, le contact était très facile, tout s’est passé en douceur, et avec le sourire.
Ce n’est pas un hasard, puisque j’ai appris que Mélanie, avant de se lancer dans le tatouage, avait fait carrière dans le social.
« J’ai toujours aimé le contact avec les gens. J’ai travaillé dans une maison de retraite, et j’adorais échanger avec les personnes âgées, mais j’ai été extrêmement déçue par la réalité du travail, tout le stress qu’on nous imposait. C’est bien simple, tout était chronométré.  Je ne l’ai pas supporté. »
En 2012, Mélanie a fait un burn-out. Elle avait perdu toute confiance en elle, c’était une période difficile à vivre, mais son copain l’a aidé à surmonter cette épreuve. Une bonne manière de retrouver sa joie de vivre a notamment été pour elle le dessin, sa grande passion.

« Je n’ai pas fait d’études d’art, mais j’ai toujours énormément aimé le dessin. J’adore dessiner depuis que je suis toute petite. Vers 10 – 11 ans, mes parents m’avaient inscrit à un cours de peinture. C’était dans ma ville d’origine, et ça ne m’a pas apporté grand-chose pour tout dire. On se contentait de reproduire des cartes postales, je me suis vite sentie à l’étroit. »
« J’ai grandis dans une petite ville, et on n’avait pas beaucoup de moyens, alors je n’avais pas accès à la culture. C’est mon copain qui m’a fait découvrir beaucoup de choses, les peintures, les gravures. Il m’a aidé à ouvrir l’œil. J’ai appris énormément de choses. »
« Et puis, début 2016, j’ai décidé de prendre quelques cours de dessins, ça m’a aidé à revoir les bases. Je voulais pouvoir améliorer mon trait, et mon style.»




Une passionnée de tatouage


En plus de renouer avec le dessin, Mélanie s’est tournée vers le tatouage. Mais là aussi, c’est une passion qui la suit depuis longtemps.
« Je suis une fan de tattoo depuis que je suis toute petite ! A 12 ans déjà, j’affirmais à mes parents que je me ferai tatouer. »
« Mon père était tatoué, et je m’amusais à dessiner sur ses tatouages. J’aime l’idée de dessiner sur des corps. A l’époque, je n’avais pas le net, j’essayais de dénicher les quelques magazines qui parlaient de tatouages. Ce n’était pas aussi développé que maintenant. Et quand j’ai eu 20 ans, j’ai commencé à me faire tatouer. »
Et depuis, Mélanie n’a pas arrêté. Manchettes, chest, cuisse, des motifs très colorés et féminins, ou du black work impressionnant. Ses tatoueurs fétiches ? Jubss, kÖfi ou encore Mathieu de Baron Samedi.

« J’ai pas mal attendu avant d’oser vraiment me lancer, faire ma formation hygiène et commencer à chercher un shop pour apprendre et exercer.
Je manquais un peu de confiance en moi. Mais j’ai décidé d’oser ! Et puis les cours de dessins que j’avais pris m’ont bien aidé à gagner en assurance. »
« J’ai eu du mal à trouver un apprentissage, mais j’ai été contacté par une tatoueuse allemande qui a vraiment apprécié mes dessins et mes tatouages. On a mis beaucoup de temps à se rencontrer, car elle était très occupée. On s’est contacté en octobre 2014 et j’ai commencé chez elle en avril 2015. J’ai pu beaucoup l’observer et j’ai pu tatouer plusieurs clients. Malheureusement, du jour au lendemain, elle a décidé de ne pas donner suite, alors qu’on avait des projets ensemble. J’avoue que sur le coup je me suis bien cassée la gueule, car j’étais plus qu’enthousiaste ! »
« Mais on a vite rebondi ! On s’est mis à faire des travaux dans l’appart, on a tout réorganisé de façon à pouvoir créer cette pièce où je peux accueillir les clients. »
« A nouveau, mon copain m’a beaucoup aidé. J’étais assez stressée à l’idée de travailler seule, mais il m’a convaincu que je pouvais y arriver. J’ai eu vraiment de la chance d’être soutenue ! Et petit à petit j’ai trouvé confiance en moi. En voyant les clients si contents et fiers de leur tatouage … Il n’y a rien qui me fasse plus plaisir ! J’adore voir les grands sourires des gens, leurs yeux qui brillent ! C’est génial ! »



"Mon but ? M'éclater, m'exprimer !"


« J’ai trouvé le métier qui me plaît ! En plus de l’aspect dessin, création, il y a aussi le relationnel qui est hyper important, et ça, ça me comble de bonheur ! C’est vraiment super cool ! »
« Pour moi, la partie réalisation du tatouage est aussi importante que celle où on va discuter avec le client. Je veux prendre le temps de discuter avec eux, c’est quelque chose d’essentiel pour moi. En plus, j’aime énormément cet échange
« Quand j’ai fait mes premiers tatouages, j’avais énormément d’appréhension, c’est quand même quelque chose qu’on garde à vie, ça me faisait stresser. Mais quand je vois tout ce qu’on peut faire en tatouage, toutes les possibilités … C’est l’éclate totale ! » 

Si Mélanie excelle dans le black work, qu’elle adore d’ailleurs réaliser, elle se lance également dans la couleur. Et ses premiers essais sont plus que réussis. En grande fan de néo-trad, elle a bien envie de développer également ce style, en le mélangeant avec du black work par exemple, pour créer quelque chose d’original. Quand Mélanie évoque tous ses projets, elle est débordante d’enthousiaste.
« Je sais que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre. Il y a tellement de choses à découvrir dans le tatouage ! Mais j’avance à mon rythme, au fur et à mesure, sans me stresser. »
« J’aimerais d’ailleurs faire des guests, pour voir d’autres tatoueurs travailler, et découvrir toujours plus de choses ! J’ai déjà eu quelques propositions, j’en suis vraiment ravie. »

Elle cherche désormais à se faire connaître, pensant notamment à exposer aussi bien ses dessins que ses photomanip. En effet, en amoureuse des images, Mélanie est aussi passionnée de photo.
« En 2005, je traînais beaucoup sur DeviantArt, ça m’a donné envie. Je me suis mise à découvrir photoshop. Tout comme pour le dessin, je l’ai fait en autodidacte. Je n’ai pris aucun cours. Je me suis mise à faire beaucoup de photos, et c’était chouette ! J’ai réalisé des pochettes de CD, j’ai fait des tutos … J’ai même été publiée dans photoshop magazine. J’ai déjà été en couverture ! »
« Beaucoup m’ont demandé pourquoi je n’en faisais pas mon métier. Mais je savais que, quand on est infographiste, on ne fait pas toujours ce qui nous plaît. Alors que mon but est de m’éclater dans ce que je fais, de pouvoir m’exprimer ! »

Avec le tatouage, Mélanie a enfin trouvé sa voie. Elle n’est qu’au début d’un chemin qui s’annonce plein de belles aventures, de beaux tatouages, et de beaucoup de bonheur. 

Retrouvez Mélanie sur sa page Facebook : DermaMorphose !


2 commentaires:

  1. Super article, top tatoueuse, genial nana !:) Foncez !

    RépondreSupprimer
  2. Chouette article! Merci! Hâte de passer sous les aiguilles de Mélanie....!

    RépondreSupprimer